multiracial women in underwear sitting and touching each other

L’accompagnement sexuel est un sujet délicat et souvent mal compris. Il s’agit d’une pratique qui vise à aider les personnes en situation de handicap à vivre leur sexualité de manière épanouissante et respectueuse. En France, cette pratique est encore en pleine évolution et fait l’objet de nombreux débats.

L’accompagnement sexuel : qu’est-ce que c’est ?

Selon l’Association pour la Promotion de l’Assistance Sexuelle (APPAS), l’accompagnement sexuel est une aide individuelle proposée aux personnes en situation de handicap dans leur recherche d’une sexualité de qualité. Cela peut prendre diverses formes, allant de la masturbation à l’accompagnement sexuel, en passant par la découverte et l’apprentissage de la sexualité pour favoriser une sexualité autonome1.

L’accompagnement sexuel en France : où en sommes-nous ?

En France, l’accompagnement sexuel est actuellement assimilé à du proxénétisme et est passible de poursuites judiciaires2. Cependant, le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) s’est prononcé en faveur de l’autorisation, à titre dérogatoire et expérimental, de l’assistance sexuelle pour les personnes handicapées2. Des projets pilotes pourraient être expérimentés dans au moins deux régions pendant deux ans, puis évalués par un comité d’éthique2.

L’accompagnement sexuel : un besoin fondamental

La sexualité est un besoin fondamental de l’être humain, comme l’a théorisé Maslow dans sa pyramide des besoins. Pour les personnes en situation de handicap, l’accès à une sexualité épanouissante peut être entravé par de nombreux obstacles, d’où l’importance de l’accompagnement sexuel. Comme le souligne l’association belge Aditi WB, l’accompagnement sexuel permet aux personnes handicapées de se « réapproprier leur corps », qui n’est souvent touché que dans le cadre des soins3.

Témoignage personnel

À titre personnel, j’ai déjà fait appel à une assistance sexuelle. J’ai trouvé que cela était véritablement bénéfique et indispensable dans la construction de ma personnalité et de la valorisation de mon être. N’oublions pas que les besoins sexuels font partie des besoins primaires théorisés par Maslow. Il serait véritablement crucial que la France avance sur une législation structurante et dynamique sur cette question.

Conclusion

L’accompagnement sexuel est un sujet complexe qui nécessite une réflexion approfondie et une législation adaptée. Il est essentiel de prendre en compte les besoins et les droits des personnes en situation de handicap pour leur permettre de vivre leur sexualité de manière épanouissante et respectueuse.

Sources

  1. APPAS – Objet et mission
  2. SudOuest.fr – Handicap : les assistants sexuels bientôt autorisés ? 2 3
  3. Aditi WB – Accompagnement sexuel

Découvrez notre groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *